Voir également les articles du 12 mars, du 22 mars, du 18 avril

 

Au programme de notre prochaine rencontre InsertYou

Les lignes de construction d’un tableau
Quelques règles de composition
Fabrication de ses propres papiers « à texture »
Nouveaux exercices

 

Exercice #1

Décoder l’accrochage de l’exposition de photos d’Eve Mo Yoors
> Quel photo a ma préférence ? Pourquoi ?
> Imaginer les choix de la ou des personnes qui ont décidé de l’accrochage.
> Dériver sur la relation qu’entretient l’oeuvre avec son contexte.

 

Réflexion #1

Les étudiantes ont observé que leurs travaux ne font pas le même effet vus en cours d’exécution ou dans le retour qu’elles lisent sur un écran (ordinateur – tablette – smartphone)
> La manière de présenter une oeuvre est capitale pour sa réception et son sens
> Tout ce qui entre dans le champ visuel du spectateur a une influence sur l’oeuvre : le type de support, sa forme, sa couleur; les autres oeuvres dans le voisinage; les objets et les écrits à proximité…
> Tout ce que le spectateur perçoit par les autres sens que la vue a également une influence : les bruits, les odeurs, la température, le goût en bouche,
> Les relations établies avec les autres personnes dans la pièce importent : les personnes sont-elles connues/inconnues; les relations sont-elles amicales/désagréables; le statut des gens présents est-il hiérarchiques/égalitaires, …?
> L’état physique et psychique de l’observateur a une importance majeure.

Dans la pièce où les étudiantes travaillent leurs oeuvres sont soumises à beaucoup de « bruits ». Photographiées et présentées sur un écran, elles sont isolées de leur contexte et mises en valeur. Encadrer un travail produit un effet similaire.

 

Exercice #2

Observer attentivement, pendant 2 minutes, une oeuvre d’un peintre apprécié
> Reproduire de mémoire, avec des feutres noirs de différentes épaisseurs, les éléments qui permettront de reconnaître l’oeuvre choisie.

 

 

 

Réflexion #2

> Table Solaire de Dali présente des lignes bien marquées (limites de surfaces peintes).
> Les Toits de Callioure de Matisse résulte de coups de pinceau (texture) parfois serrés au point de donner l’illusion d’une ligne.
> Dans les Nymphéas de Monet, les lignes perdent de l’importance au profit de la touche de l’artiste (texture).

Le mot texture désigne de manière générale la qualité de la surface d’une matière :

rugueuse, lisse, molle, dure, râpeuse, spongieuse, granuleuse, douce…

Les artistes ont de nombreux moyens pour travailler la surface de leur œuvre.

La texture peut être réelle (épaisseur de la peinture, éléments ajoutés…), représentée (dessiner des éléments issus de la nature et les répéter…) ou inventée (accumulation de lignes, de motifs géométriques, etc…).

 

Exercice #3

Poursuivre le travail sur les feuilles de persil
> Récolter des objets naturels dans le jardin et en tirer des motifs pour texturer quelques plages restées blanches.
> Veiller à l’équilibre de la composition.
> Photographier le travail en ajoutant les objets naturels.

Réflexion #3

> Bien que tirés de la nature, les motifs se rapprochent fréquemment de formes géométriques.
> L’association du dessin et des techniques photographiques ouvre des perspectives très riches. 

 

Artiste en contre-point

Philippe Robert

 

Exercice #4

> Observe le livre Feuilles d’automne, de Philippe Robert, 1909

Aquarelliste de grand talent, passionné de nature, Philippe Robert a réalisé de splendides planches florales.
Dans son ouvrage « Feuilles d’automne », il stylise de plus en plus la nature, pour réaliser des motifs décoratifs d’une grande finesse et poésie.
Dans ce livre, l’artiste enseigne sa démarche, et propose des règles à suivre dans l’utilisation des divers signes plastiques.

 

« Les premiers éléments de toute évolution vers le Beau ne se trouvent-ils pas,
d’une part dans l’étude de la nature, de l’autre,
dans celle des meilleurs produits des arts industriels? »

Philippe Robert, Feuilles d’automne, 1909

Réflexion #4

Philippe Robert, artiste suisse, estime qu’il a pour mission de développer le sens pour le beau en proposant des objets quotidiens à l’esthétique soignée (vaisselle, tissus, matériaux de construction…). Le début du 20e siècle coincide avec celui du design industriel. A cette époque naissent divers movements artistiques qui souhaitent établir des ponts avec l’industrie, le monde urbain, l’architecture, le quotidien : art nouveau, futurisme, constructivisme, Bauhaus sont quelques exemples.

Exercice #5

Réaliser des papiers à motifs (textures) destinés à des collage futurs
> Utiliser différents feutres, solubles et indélébiles.
> Utiliser différents crayons-aquarelle de couleur.
> Veiller à donner une couleur d’ensemble à la page.
> Diluer avec une large brosse trempée dans l’eau.

 

Merci de vous poser des questions sur le beau.

see art – be an artist – have a great day

Christine

 

____________________________________________________________