Exercice #1

Observer et critiquer les travaux entrepris au cours précédent.

Réflexions #1

> Les travaux (inspirés par Monet, Matisse et Dali) reproduisent chacun au moins un des trois signes plastiques recherchés : la ligne, la texture, la couleur.
> Le rendu de la couleur semble plus difficile à réaliser que les deux autre signes. C’est probablement dû à la technique imposée (les crayons-aquarelle), assez complexe, qui demande davantage d’exercice. On décide donc de poursuivre avec les craies grasses non solubles.

Exercice #2

Utiliser les papiers réalisés à la craie grasse et les appliquer selon une esthétique personnelle sur les plages délimitées par les lignes de construction de l’oeuvre observée.
Attention : chercher à replacer les textures et les couleurs en respectant le tableau observé est une erreur. Il faut se l’approprier.

  

Réflexions #2

Ce type d’exercice oblige à une observation plus attentive d’une oeuvre d’art. Se poser des questions sur le travail effectué par d’autres élargit le champ d’action personnel et donne des clés pour progresser dans l’expression plastique.
Le support du collage (papier blanc) peut apparaître par endroit et faire partie du projet.

 

 

     

Les images mobiles sont le moyen le plus efficace pour rendre comte d’un travail en cours.

Works in progress

 

Artiste en contre-point

Kardo Kosta

« See art » est une injonction qui convient particulièrement bien aux artistes rattachés au mouvement  Land Art.
Leur travail part de l’observation de la nature et se déploie au sein de la nature.
Les interventions de Kardo Kosta, artiste d’origine argentine installé en Suisse, sont souvent minimes. Il peut se contenter de mettre en évidence, en déplaçant ou en rapprochant des objets naturel, que l’art est avant tout un « art de voir »,
et que l’artiste est celui qui « sait faire voir ».

Les oeuvres proposées ici mettent chacune en évidence un signe plastique différent : la forme, la ligne, la texture.

Une impasse est le lieu de mes plus belles inspirations.

Milan Kundera, Risibles amours, 1968

En vérité le chemin importe peu, la volonté d’arriver mène à tout.

Albert Camus, Le Mythe de Sisyphe, 1947

 

MERCI pour votre persévérance

Christine Burkhard

 

______________________________________________________